À la une

DECOUVERTE NATURE : La Loire au rythme des pagaies

DECOUVERTE NATURE : La Loire au rythme des pagaies

Un crocodile ? Non, un tronc charrié par une inondation précédente. Embarquer sur la Loire, c’est déjà commencer à laisser l’imagination vagabonder. C’était un vieux rêve : descendre ce fleuve en kayak. Le voilà exaucé en partie : cinq jours au doux rythme des pagaies, de Pouilly-sous-Charlieu, juste après Roanne, à Decize, un peu avant Nevers. Un petit coin de France, au cœur de notre région, surtout fréquenté par les cyclotouristes. Sur l’eau, nous n’aurons vu qu’un père et sa fille sur une dizaine de kilomètres, et deux Anglais avec qui nous avons fait un bout de chemin ensemble.

Tous ceux qui ont vu le film « Comme un avion sans aile » peuvent comprendre l’excitation des préparatifs. Larguer les amarres tout en restant à deux pas de chez soi. L’aventure à portée de main. D’abord chercher les guides et les sites internet qui nous font partager leur expérience, leurs bonnes adresses (1). Puis choisir son compagnon de route fluviale.

« Avec qui pars-tu ? » Bonne question, posée par ma fille Dorine en début d’année. A vrai dire, je n’avais pas encore lancé les invitations à partager trente kilos d’embarcation et autant de matériel (tente, réchaud, gamelles, eau, etc). « Alors, je viens avec toi ! » me propose Dorine sans savoir ce qui l’attend. Me voilà comblé. Et obligé de préparer le périple avec encore plus de sérieux. Etudier la carte, les obstacles, les points de ravitaillement, vérifier la check-list…Pas question de transformer ce baptême en cauchemar. Dorine est une grande nageuse, mais n’a pratiquement jamais pagayé.

Le premier test effectué en Bretagne, nous savons déjà que nous ne coulerons pas. Bonne nouvelle. Alors en route pour Pouilly-sous-Charlieu. Une heure plus tard, le kayak démontable est prêt, le chargement rangé et attaché. C’est parti !

La récompense est immédiate. La Loire est paisible, presqu’endormie. Elle nous laisse le temps de synchroniser nos mouvements et de profiter du concert de chants d’oiseaux et de croassements de grenouilles. Là, ce ne sont pas des bisons qui trempent leurs pattes mais de magnifiques vaches charolaises venues se délecter de plantes aquatiques.

Le premier bivouac sera un enchantement. Une pelouse dominant le fleuve d’où saute une carpe. Un coucher de soleil de cinéma. La soupe vietnamienne en sachet sera un pur délice.

Il y aura ensuite Digoin, Gilly-sur-Loire, Saint-Aubin-sur-Loire, Diou puis Decize, terminus de  cette première escapade qui en appelle d’autres. Un voyage aussi paisible, que contemplatif, à la portée de tous quand le débit de l’eau le permet.

Pour les crocodiles, optez plutôt pour Madagascar ou la Guyane. Pour commencer, nous avons préféré la Loire !

 

 

 

TEXTE ET PHOTOS JACQUES LELEU

 

PRATIQUE

(1) Guide : « La Loire vue du fleuve », de Jean-François Souchard. Ed : Le canotier.

-« La Loire en kayak » sur le site www.besoindaventure.fr

– Carnet de route d’un Breton qui a effectué la descente en 2010 : https://descenteloire.jimdo.com/contact/

-Pour les conditions météo et le niveau d’eau :

www.meteo-centre.fr/suivi-vigicrue-loire.php

www.centre.developpement-durable.gouv.fr/previsions-des-crues-r69

 

N'hésitez pas à partager :

Chris

28 juin 2019

No comments

Laisser un commentaire

© 2019 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist
Défiler vers le haut