çà vaut le détour - Archives/Podcasts

Ils ont passé leur première étoile

Ils ont passé leur première étoile

  • Jacques Leleu - Chronique Montagne 14

Ils sont fiers comme des gamins qui viennent de décrocher leur précieuse médaille après une semaine de cours de ski.

L’annonce des étoiles du guide Michelin est chaque année un événement dans nos stations.

Il faut dire qu’elles sont bien montées en gamme depuis l’époque des « Bronzés font du ski » à Val d’Isère.

Si la fondue chewing-gum existe toujours, hélas, les chefs ont su montrer que la gastronomie n’est pas un mot tabou en montagne.

Au contraire, ils sont de plus en plus nombreux à se distinguer entre Savoie et Haute-Savoie.

Les deux départements comptent cette année 34 restaurants étoilés, dont une majorité en station.

Parmi les bonnes surprises, Tignes entre dans le club des macarons, grâce à Clément Bouvier.

A 27 ans, il décroche sa première étoile aux fourneaux de l’Ursus.

Il est le digne fils de son père Jean-Michel, qui a longtemps fait de l’Essentiel une des meilleures tables de Chambéry.

A l’Ursus, on a voulu soigner le décor autant que le menu.

Ambiance chaleureuse et bucolique dans ce restaurant décoré de 400 sapins des Bauges, avec son plafond décoré de feuillages et ses mises en bouche servies sur une mousse des bois.

Comme au théâtre, la mise en scène ne suffit pas.

Le guide rouge l’a rappelé cette année en rétrogradant le très médiatique Marc Veyrat, qui passe de 3 à 2 étoiles dans sa « Maison des bois », nichée au cœur des Aravis, à Manigod.

Si le talent du chef est indiscutable, sa manière de se donner en spectacle avec son grand chapeau noir finit par lasser.

La montée en gamme de l’hôtellerie et de la restauration est un atout pour attirer une clientèle aisée.

On regrettera cependant qu’il est de plus en plus difficile de manger en station à un prix abordable.

C’est bien connu, les prix grimpent avec l’altitude.

Jacques LELEU

TROIS ÉTOILES

-Flocons de Sel, à Megève, d’Emmanuel Renaut.

-La Bouitte, à Saint-Martinde-Belleville (Savoie), de

René et Maxime Meilleur.

-Le 1947, à Courchevel (Savoie), de Yannick Alleno.

DEUX ÉTOILES

– 1920, à Megève, de Julien Gatillon.

-La Maison des Bois, à Manigod, de Marc Veyrat,

-Albert 1er, à Chamonix, de Damien Leveau.

-Le Chabichou, à Courchevel, de Michel Rochedy et

Stéphane Buron.

-Le Kintessence, à Courchevel, de Jean-Rémi Caillon.

-Le Montgomerie, à Courchevel, Gatien Demczyna.

-L’atelier d’Edmond, à Val d’Isère , de Benoit Vidal.

UNE ETOILE

-Prima, à Megève, de Nicolas Hensinger.

-La Table de l’Alpaga, à Megève, d’Anthony Bisquerra.

-Le Sérac, à Saint-Gervais, de Raphaël le Mancy.

-Le Sarkara, à Courchevel, de Sébastien Vauxion.

-L‘Ursus, à Tignes Val Claret, de Clément Bouvier.

-La table de l’ours, à Val d’Isère, Antoine Gras.

-L’Ékrin, à Méribel, de Laurent Azoulay.

-Le Farçon, à Courchevel, de Julien Machet.

-Baumanière 1850, à Courchevel, de

Thomas Prod’Homme.

-Les Explorateurs, à Val Thorens, de Josselin Jeanblanc.

PHOTO : A 27 ans, Clément Bouvier décroche sa première étoile à Tignes.

Photo de Pierre-Marie GAURY.

 

N'hésitez pas à partager :

Chris

26 janvier 2019

No comments

Laisser un commentaire

© 2019 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist
Défiler vers le haut