À la une

IMPRESSIONS de FESTIVAL….   De notre envoyé spécial au festival du Court Métrage de Clermont Ferrand

IMPRESSIONS de FESTIVAL…. De notre envoyé spécial au festival du Court Métrage de Clermont Ferrand

Compte-rendu de trois jours de visionnement de courts métrages….image forcément partielle de la plus grande manifestation de courts-métrages du monde

Quelques flocons de neige sur les bords de la route et sur les toits de la ville, un air frais courant dans les rues, nous voilà à Clermont.

Le festival bat son plein : dans les rues, dans les vitrines, les affiches fleurissent. Les restos sont pleins et offrent un menu festival, les queues s’allongent devant les principaux cinémas et autres salles où se projettent les films courts.

Des queues longues et même il n’est pas rare que la séance soit complète, laissant sur le trottoir des dizaines de candidats spectateurs dépités. Ce n’est pas le festival de Cannes, où l’on passe plus de temps à faire la queue qu’à voir les films, mais c’est le plus grand festival du films courts du monde et ça se voit ! Autre indice du caractère international du public : on attendant la projection on entend parler des langues diverses et parfois c’est fort exotiques.

Comme d’habitude le programme est très varié . Pour cette 40e édition on note deux nouveautés : le programme «  A court de rôle » permet de voir des acteurs célèbres dans les films courts, de Gérard Depardieu à Élodie Bouchez en passant par Denis Podalydes ou Karine Viard, ils sont tous là.

Le résultat n’est pas toujours concluant: à dire vrai le programme ACT1 nous a un peu déçu. Autre nouveauté les programmes « Tous à table ! » : un régal ! Parmi ces films centrés sur l’alimentation on retiendra particulièrement «  Una Furtiva Lacrima », dans le programme « Miam1 », une petite merveille de trois minutes sur une musique de Donizetti interprétée par Caruso, ou «  Le plongeon du homard », in Miam3, une délicate histoire de cuisine chinoise et de demande en mariage , ou encore «  Eramos pocos.. » une fantaisie espagnole sur le partage des tâches ménagères ( miam4)

Et puis, bien sûr, il y a les compétitions, nationales et internationales. Programmes un peu inégaux, avec leurs part de récits sinistres mais avec beaucoup de bonnes choses et quelques chefs d’œuvres : n’oublions pas que, pour Clermont, la sélection est impitoyable…

On retiendra, dans les films que nous avons vus,  « Abu Adnan »( Danemark  in I10), une pudique approche des problèmes de l’intégration des migrants, « Jerry »( polonais I10), qui met en scène un guérisseur aux pouvoirs intermittents, « Puheenvuoro » un documentaire impertinent sur les difficultés de la démocratie locale ( Finlande,I8) ou « Lost Face », d’après une nouvelle de Jack London, une superbe réalisation australo-canadienne, opposant un trappeur rusé à des indiens sauvages ( I 7). Voilà pour l’international.

Dans les films français en compétition que nous avons vus, on retiendra le formidable «  Les Indes Galantes » mêlant la musique de Jean-Philippe Rameau et le « krump », une  danse des ghettos de Los Angeles ( programme F 12), « Négative Space » un dessin animé plein d’invention ( F 10) ou encore « Junk Love » une attachante histoire d’amour … ou presque.( F12). Singulier tout de même que deux de ces excellents films français portent un titre en anglais !

Dans la section «  regards d’Afrique » nous avons vu le programme 2, plutôt moyen. Pour nous le meilleur film de cette sélection est «  Mama Bobo » précédemment vu à Vaulx-en-Velin.

Pour finir signalons un détonant programme «  Cinegro », célébrant du cinema du Groland, vous savez ce pays exotique dont Canal+ nous parle depuis  vingt-cinq ans! Ce fut pour nous l’occasion d’entendre Bertrand Tavernier, plus sérieux que nature, nous conter les aventures des sœurs Torche, inventeuses méconnues du cinématographe, et auteurs , entre autres chefs d’œuvre, de «  L’absence du train en gare de Mourmougne » .

Un inénarrable moment d’autodérision par le président de l’institut Lumière…et sans doute aussi de l’institut Torche !

Ce samedi soir la fête continue sur la place de Jaude, transformée en station de ski éphémère (animations gratuites, musique ,sculpture sur glace et viandes à la braise…)et  à la salle Cocteau où seront révélés les noms des lauréats des prix de cette 40º édition du festival de Clermont Ferrand.

Le palmarès est tombé. « Les Indes Galantes » dont je disais grand bien ont obtenu le prix du public. Je n’ai pas vu tous les autres films primés.

Il faut rester toute la semaine au festival pour se faire une idée juste!

Jean-François Martinon

Chris

11 février 2018

No comments

Laisser un commentaire

© 2018 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist
Scroll Up