Découvertes et Patrimoine - Archives/Podcasts

La chronique « Montagne » du journaliste Jacques Leleu

La chronique « Montagne » du journaliste Jacques Leleu

Prendre de l’altitude. Monter voir ce qu’il y a de nouveau, ou d’indémodable, dans les montagnes des Alpes.

Découvrir un personnage, une station, un festival, une tradition, un livre qui nous donne envie d’aller plus haut.

C’est le pari de cette chronique « montagne » proposée par Jacques Leleu.

Journaliste installé en Savoie, il arpente les vallées alpines depuis des années à la rencontre de ses habitants qui la font vivre.

En attendant la neige…

  • Jacques Leleu - Chronique Montagne 1

Bientôt, qui se souviendra  que l’on godillait  toute l’année sur le glacier de la Grande Motte, à 3000 mètres d’altitude.  Je vous parle d’un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître.  « Tignes : skiez 365 jours par an ».

C’était le slogan lancé en 1967 par la station savoyarde. Et ce fut vrai jusqu’en 1999. Les amateurs de glisse en toute saison y trouvaient leur bonheur. Les défenseurs de l’environnement pestaient contre des remontées mécaniques plantées au cœur du parc national de la Vanoise.

Le réchauffement climatique est venu remettre les pendules à l’heure. La glace fondait comme neige au soleil.

La station a dû se rendre à l’évidence et réduire la durée d’ouverture. Ambiance irréelle, estivale, le 28 septembre dernier, où nous étions en t-shirt sur la terrasse du restaurant le Panoramic. Plus de vingt degrés à 3000 mètres et pas un flocon à l’horizon.

L’ouverture prévue le lendemain n’était plus qu’un doux rêve. Il faudra attendre le 17 octobre.

Avec la canicule de l’été, les abondantes chutes de neige tombées l’hiver dernier ne sont plus qu’un lointain souvenir. « Il nous faut un bon mètre pour démarrer dans de de bonnes conditions », résume Nicolas Provendie, directeur de la STGM, qui gère les remontées mécaniques.

Ce jour-là, le patron garde quand même le sourire. Les professionnels de la montagne ont fait le déplacement pour découvrir la nouveauté de la station. Un téléphérique flambant neuf, surmonté d’une terrasse offrant un panorama à 360 degrés sur les Alpes, le Mont-Blanc en prime.

Un téléphérique, mais pas seulement. Une autre façon de découvrir la montagne à pied ou à ski, baptisée « Altitude expérience ».

Avec cet appareil et bientôt un parcours, ludique et pédagogique, destiné à mettre en scène un environnement exceptionnel tout en montrant la fragilité. Des totems géants expliqueront la formation des glaciers, leur érosion, présenteront la faune du parc de la Vanoise.

Dont le mythique gypaète barbu. Le plus grand vautour d’Europe avec ses trois mètres d’envergure.

Ne rêvons pas. On ne skiera bientôt plus en été et en automne sur le glacier de Tignes. Alors comment donner encore envie de prendre de l’air de la haute montagne hors saison ?

« Nous avons un site unique, assure Nicolas Provendie. A nous de le mettre en valeur tout en apportant des sensations inédites à une telle altitude. »

La directrice du parc Eva Aliacar veut aussi y croire. « C’est l’occasion de promouvoir un tourisme écologique pour un public en recherche de nature, de déconnexion et de vulgarisation scientifique. »

C’est fou comme le manque de neige développe l’imagination !

La semaine prochaine, nous changerons de vallée pour aller en Maurienne, à Bessans, où la station s’est mise au « snowfarming ». Ou comment garder la neige d’une année sur l’autre pour ouvrir une piste de ski de fond dès le 20 octobre.

Renseignements sur l’ouverture du glacier : www.tignes.net. Tarif automne : 33€ par jour jusqu’au 23 novembre.

Jacques Leleu

N'hésitez pas à partager cet article :

Chris

11 octobre 2018

No comments

Laisser un commentaire

© 2018 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist
Scroll Up