À la une

La sortie de Cyclos de Semaine  : ST ANDRE LE GAZ – VALLEE DE LA BOURBRE – LA TOUR DU PIN

La sortie de Cyclos de Semaine : ST ANDRE LE GAZ – VALLEE DE LA BOURBRE – LA TOUR DU PIN

CHATEAU DE VEREL : Le démarrage se fait brutalement par une rampe entre 12 et 17% ; c’est pour mériter l’approche du château de Verel bâti en 1610 à la place d’une maison forte.

Il eut des hôtes illustres : Alphonse de Lamartine – Stendhal – et bien sur Rousseau qui tapait l’incruste dans tous les châteaux de la région.

De derrière son portail, on devine le panorama exceptionnel dont jouit sa terrasse à l’altitude 490 qui domine, le village, la vallée de la Bourbre, les marais, et le Gaz. (= le gué)

Dès avant le Passage, le paysage bascule sur la vallée. LE PASSAGE est le Lieu supposé de transit d’Hannibal avec ses éléphants au III°s avant J.C.
On y a retrouvé un bouclier que l’on croyait carthaginois (vii° => iv°s avant J.C.), mais qui serait en fait mérovingien (iv => VII°s après J.C.)

Le château date des xve, xviie et xixe siècles, de nombreuses pièces sont classées, notamment en raison de la qualité de leurs décors, ainsi que le grand escalier central et la salle de billard ;

Le clocher de l’église présente des pinacles importants au niveau de l’élévation de la flèche pour compenser le poids de celle-ci .

Nous longeons maintenant la Bourbre qui prend sa source à Paladru et conflue avec le Rhône à Chavanoz, à quelques centaines de mètres du confluent Ain – Rhône.

Lieu d’activité essentiellement agricole, la vallée eut, aux xviii° et xix°siècles une importance majeure dans les activités textiles, teinture, apprêt ; orientation qui se retrouve dans le nom de la communauté de commune « des Tisserands » et l’excellent musée de La Batie Mongascon.

Une bonne grimpette nous attend pour accéder au château de Virieu : Fondé en 1010, par Wilfrid de Virieu.

Maison forte à l’origine, il a été agrandi au long des sept siècles suivants. Aujourd’hui, mis en valeur par des jardins à la française inscrits (mais récents).

Site privé, – visite de rez-de-chaussée – une chapelle xvii°s – cuisine – un salon d’apparat – deux chambres, dont l’une occupée par Louis XIII en 1622.

La redescente sur le village de Virieu est terrifiante (+ de 20%), mais procure une vue intéressante sur le château et ses jardins, à condition de pouvoir s’arrêter sur le chemin latéral qui y mène.

Une auberge de très vieille connaissance à Virieu qui se nomme « La Guinguette » a l’avantage d’accueillir fort civilement tout ce qui passe, que ce soit en restauration, en boisson, ou simplement en repos au soleil sur sa terrasse bien orientée aux soleils d’Automne. On peut même y dormir.

En direction de Chabons, nous trouvons le château de Pupetières, récemment revenu dans le giron de la famille de Virieu, TRÈS restauré par Violet Leduc à tel point que l’on pourrait croire qu’il l’a entièrement conçu, ne serait-ce la relative simplification des lignes par rapport à son œuvre originale du château de la Flachère que nous ne tarderons pas à aller voir.

Lamartine séjourna à Pupetières et y aurait écrit « Le Vallon ».
Mon cœur, lassé de tout, même de l’espérance,
N’ira plus de ses vœux importuner le sort;
Prêtez-moi seulement, vallon de mon enfance,
Un asile d’un jour pour attendre la mort.

De même que Barthold Jongkind, (1819 – 1891) aquarelliste néerlandais fixé dans la vallée qui habitait dans une maison dépendant du domaine du château de Pupetières.

La remontée sur le plateau vers « le prope » se fait dans les mêmes conditions que le départ : 17 – 20% sur quelques hectomètres avant d’arriver sur le plateau absolument agricole, gage de tranquillité complète (hormis les tracteurs).

Il faut dépasser un peu Montagnieu pour aller voir le château du Chatelard, difficile d’accès et peu dégagé. Dommage, car cette bâtisse, pour ce que nous en trouvons comme portrait sur le net, est assez pur dans son style xv° – xvii°s.

Le retour vers La Tour du Pin nous amène au château de Tournin, dont les communs ont été opportunément loués à une entreprise commerciale gérée par l’un des enfants du propriétaire, ce qui lui donne des rentrées conséquentes permettant un entretien de l’ensemble.

Comme pour le Chatelard de Montagnieu, l’on peut regretter que les propriétaires de monuments bénéficiant d’avantages fiscaux ou de subventions de l’Etat ne soient pas obligés de laisser un accès à distance pour que le public puisse admirer le patrimoine partiellement entretenu avec ses impôts.

LA TOUR DU PIN :

Notre dernier objectif état la visite des deux tryptiques de l’église, l’un sur bois Renaissance se trouvant dans l’église de la Tour du Pin, l’autre moderne signé Arcabas.

Hélas, pour des raisons de sécurité, ils ne sont plus accessible en dehors des heures d’office le Dimanche de 10h à 11h30. Mais si vous vous trouvez à Le Tour à ces moments là, ne manquez pas la visite, ça vaut la peine.

Retrouvez le parcours complet sur Openrunner :

https://www.openrunner.com/r/9213504

Cyclos de Semaine

N'hésitez pas à partager cet article :

Chris

2 novembre 2018

No comments

Laisser un commentaire

© 2018 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist
Scroll Up