À la une

Quiproquos dans les coeurs

Quiproquos dans les coeurs

Les élèves du Conservatoire de Lyon brûlent les planches…

J’ai souvent dans ces pages et sur ces ondes loué toutes ces « petites » salles qui font les grands noms de demain, qui ont le courage de promouvoir sans budget des jeunes tout juste sortis des écoles de théâtre, sont bourrés de talent mais sur lesquels personne ne mise un kopek. On ne prête qu’aux riches, dans le milieu du spectacle tout comme ailleurs, peut-être plus qu’ailleurs.

Alors bien sûr, quand ces jeunes artistes sont en cours d’études, il n’y a généralement que la famille et les copains pour aller les voir. Parfois, ça fait du monde !

C’est ce qui se passait la semaine dernière au Théâtre de l’Elysée où les élèves du Cycle d’orientation professionnelle spécialisé du Département Théâtre du Conservatoire de Lyon présentaient deux pièces en un acte de Marivaux, « L’Épreuve » et « La Méprise », réunies sous un titre commun, « Quiproquos dans les cœurs ».

En deux fois une heure, Laurent Bréthome a réussi trois tours de force : faire entendre parfaitement le texte de Marivaux, en démontrer l’actualité brûlante sans le dénaturer et permettre à ces jeunes comédiens d’apporter la démonstration que, s’ils ne savent pas encore tout faire, ils ont plus d’un tour dans leur sac, un enthousiasme à revendre, une énergie débordante, et déjà une rigueur et une précision remarquables.

Ces deux dernières qualités, c’est incontestablement auprès du metteur en scène qu’ils les ont acquises. Laurent Bréthome est un excellent directeur d’acteurs, il sait les laisser aller comme les retenir, les coordonner, orchestrer toute cette vitalité un peu sauvage.

C’est d’autant plus important que Marivaux n’est pas, loin de là, un auteur facile. Son regard sur les désarrois et les affres des transports amoureux, sur les facéties du petit dieu aveugle, sur la cruauté des amoureux est aigu, subtil et complexe.

Il faudra se souvenir de ces jeunes-là. Même si la présence de Laurent Bréthome auprès d’eux leur sert de révélateur incontournable. Nous aurons l’occasion de les revoir au Théâtre de la Renaissance à Oullins, sous la direction de Laurent Fréchuret cette fois, dans un Cabaret Pasolini les 30 et 31 mars. A bientôt, donc !

Trina MOUNIER

Chris

16 février 2018

No comments

Laisser un commentaire

© 2018 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist
Scroll Up