Découvertes et Patrimoine - Archives/Podcasts

Rassemblement à Grenoble ce samedi 9 mars à Grenoble pour alerter sur le réchauffement climatique en Montagne

Rassemblement à Grenoble ce samedi 9 mars à Grenoble pour alerter sur le réchauffement climatique en Montagne

« Les rochers s’effondrent, les glaciers disparaissent, la biodiversité souffre…

Habitants, pratiquants et professionnels de la montagne voient leurs espaces de vie et leurs pratiques modifiés », constate l’association Mountain wilderness, qui appelle à se rassembler samedi à Grenoble, à partir de 14h, pour témoigner de l’accélération du réchauffement en montagne.

L’idée est de progresser, encordés, jusqu’au centre-ville de Grenoble, dans la symbolique des montagnards qui descendent témoigner de ce qui se passe là-haut.

Les organisateurs appellent les participants à venir avec des cordes et des casques de montagne.

Ils les invitent par ailleurs à amener une photo imprimée de leur montagne : en danger, rêvée ou aimée…

Elles seront affichées au point d’arrivée, Place Grenette, au cœur de la ville.

Ils ne s’attendent pas à être des milliers.

Si la fonte des glaciers et la diminution de l’enneigement est une réalité que plus personne ne conteste, les pratiques n’ont pas changé et la prise de conscience reste faible.

Les aéroports de Chambéry et de Grenoble voient se poser toujours autant de charters des neiges, les chassés-croisés sur les routes sont toujours aussi spectaculaires pendant les vacances d’hiver.

Dans les grandes stations de Tarentaise, on construit hôtels et chalets aux pièces toujours plus grandes.

On voit partout se développer spas, piscines et autres équipements très gourmands en eau.

Sans parler des réseaux de production de neige artificielle également qui demandent à la fois beaucoup d’eau et d’électricité.

Jusqu’à quand ? Le climatologue Martin Beniston, vice-président du GIEC de 1992 à 1997, s’attend à de changements majeurs dans les débits des cours d’eau comme le Rhône, le Rhin ou le Pô, quand une grande partie des glaciers alpins auront disparu.

La hausse des températures a d’autres conséquences.

Un recensement de 1800 refuges, remontées mécaniques et paravalanches montre que plus de la moitié présentent un risque de déstabilisation.

Tout cela, on le sait. Et pourtant rien ne bouge. Sauf les montagnes, où le nombre d’écroulements et d’éboulements est en augmentation.

Jacques LELEU

Départ à 14h du glacis de la Bastille, au-dessus du fort.

PHOTO : Toujours plus d’équipements, toujours plus d’énergie consommée. Les stations ont encore du travail pour lutter contre le réchauffement climatique.

Photo J.L

N'hésitez pas à partager :

Chris

8 mars 2019

No comments

Laisser un commentaire

© 2019 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist
Défiler vers le haut