À la une

T’as vu ma story sur Insta ? : l’utilité des réseaux sociaux pour promouvoir l’image de la Montagne

T’as vu ma story sur Insta ? : l’utilité des réseaux sociaux pour promouvoir l’image de la Montagne

  • Jacques Leleu - Utilité Réseaux Sociaux Montagne

Un simple feu de camp, le soir, au bord d’un lac d’altitude. Un lever de soleil sur des sacs de couchage scintillant de rosée.

Ou encore un groupe de marcheurs bien bronzés sur un chemin de randonnée.

La montagne a besoin d’images pour faire rêver.

C’est l’une des leçons rappelées lors de la récente enquête de l’agence Poprock réalisée pour Savoie Mont-Blanc, l’organisme de promotion de la Savoie et de la Haute-Savoie (1).

Un territoire rêvé pour fabriquer des souvenirs par milliers et les échanger sur les réseaux sociaux.

La montagne en été ? Les jeunes de 18 à 30 ans concernés par l’étude seraient à peine 20% à y aller chaque année.

Seulement 37% l’auraient fréquentée deux à trois fois depuis leur enfance.

C’est dire si la marge de progression est immense si l’on veut renouveler la clientèle estivale en montagne.

Il y a urgence. Sur les 22 millions de nuitées entre juin et septembre, les plus de 50 ans représentent près de la moitié.

Or nos villages, nos alpages et nos sommets sont pleins d’atouts si l’on en croit l’enquête.

Le premier serait nos paysages, source illimitée d’images pour une génération qui ne peut s’en passer.

T’as vu ma story sur Instagram ?

Entre le parc national de la Vanoise, les parcs naturels de Chartreuse ou des Bauges, le Chablais ou le Beaufortain, ils ont l’embarras du choix.

Ces territoires l’ont d’ailleurs bien compris en utilisant Facebook pour se mettre en scène.

Le boom du trail a largement contribué à rajeunir l’image de la montagne.

La randonnée serait la première activité que les jeunes rêvent de pratiquer.

Un sport associé à l’idée de nature et d’aventure.

Tant mieux, mais si c’est vrai, pourquoi tant d’argent dépensé dans la promotion d’activités beaucoup plus coûteuses, pas toujours très écolo ?

Pourquoi tant valoriser le VTT, la luge d’été, le raft ou le canyon si la première envie est de mettre un pas devant l’autre.

Bien sûr, ce sport à la portée du plus grand nombre est aussi le moins rentable.

Mais il faut savoir ce que l’on veut.

Voir les jeunes revenir remplir les refuges ou céder aux sirènes d’une montagne urbanisée, artificialisée.


Jacques LELEU 

  • Etude réalisée en partenariat avec l’UCPA, portant sur 30 entretiens individuels, plus les réponses de 1000 jeunes de 18-25 ans interrogés sur le chatbot Jam.

PHOTO : la randonnée serait la première activité que rêvent de pratiquer les jeunes de 18 à 30 ans. Photo Savoie Mont-Blanc-Bijasson

 

N'hésitez pas à partager :

Chris

5 mai 2019

No comments

Laisser un commentaire

© 2019 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist