« Sentinelles » au TNP Villeurbanne

« Sentinelles » au TNP Villeurbanne

Lointainement inspiré du roman de Thomas Bernhard intitulé « Le naufragé », « Sentinelles » propulse sur scène trois jeunes pianistes virtuoses inséparables quoique profondément divisés sur le sens de leur art.

Pour l’un, il s’agit d’une quête insatiable vers la transcendance et la beauté, pour l’autre d’un combat quasiment politique qui suppose un engagement frontal avec le monde, pour le troisième enfin (le sosie contemporain de Glenn Goud) d’une aventure personnelle, spirituelle, entravée par l’inévitable rapport au public.

Pour mettre en scène cette confrontation dans laquelle l’amitié et l’admiration le disputent constamment à la rivalité, Jean-François Sivadier a opté pour un plateau presque nu et un parti-pris : pas de piano sur scène alors qu’on ne parle que de lui !

Il a aussi parié sur l’humour, sur l’effacement du 4ème mur (la salle étant à l’occasion sollicitée pour choisir entre Mozart et Beethoven, Stromae ou Orelsan) et enfin, et peut-être surtout, sur la fascinante gestuelle du pianiste magnifiée par quelques effets très simples d’éclairage et… un peu de talc !

Un pari brillamment soutenu par les trois comédiens (Vincent Guédon, Julien Romelard et Samy Zerrouki) dont l’engagement dans le jeu retient l’attention et l’admiration.

Un spectacle jubilatoire et émouvant, aussi riche sur le fond que délibérément pauvre dans ses moyens scénographiques qui interroge subtilement le rôle, le statut et le ressenti de l’artiste… qu’il soit pianiste ou comédien.

A ne pas rater.

Marielle CREACH

N'hésitez pas à partager :

Laisser un commentaire

© 2022 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist