Le Salon Mountain Planet : L’avenir des stations se dessine à Grenoble

Le Salon Mountain Planet : L’avenir des stations se dessine à Grenoble

Rien ne sera plus jamais comme avant. C’est le genre de formule servie à toutes les sauces depuis quelques temps. Elle a gagné à son tour la montagne, touchée de plein fouet pendant deux hivers par la crise du Covid. D’où l’intérêt porté par les professionnels au salon Mountain planet, qui vient de se terminer à Grenoble. Le rapport de l’expert suisse Laurent Vanat était très attendu ce mardi 26 avril. Il est l’un des observateurs les plus pertinents de l’économie du ski, qui représente près de 2000 stations dans 68 pays.

Il a d’abord rappelé comment la crise sanitaire avait bouleversé l’économie de nos domaines skiables, le malheur des uns faisant le bonheur des autres. Pendant que la France était directement impactée par la mise à l’arrêt des remontées mécaniques, les stations américaines ouvertes se frottaient les mains. Elles ont vu l’arrivée d’un million de nouveau skieurs sur leurs pistes l’an dernier.

Crise sanitaire mais aussi environnementale. Ce que l’on a longtemps accepté passe de plus en plus mal. Comme ces bouchons interminables pendant les vacances d’hiver, le ballet incessant des avions dans les aéroports de Genève, Lyon ou Chambéry, les rangées de dameuses qui engloutissent des milliers de litres de gasoil, la promotion d’hébergements touristiques toujours plus grands, sans compter les quantités d’eau astronomiques pour fabriquer de la neige artificielle et remplir les piscines.

L’hiver dernier a vu aussi nombre de saisonniers se détourner de nos stations, lassés des horaires à rallonge, des salaires insuffisants et des logements spartiates.

Face à cette nouvelle donne, les professionnels savent que l’avenir des stations est entre leurs mains.

Sur le plan environnemental, c’est la course aux idées vertes. La Compagnie des Alpes, qui exploite la plupart des grandes stations françaises (dont Val d’Isère, Tignes, La Plagne…) affirme pouvoir atteindre un bilan zéro carbone pour 2030. Dès la saison prochaine, 130 dameuses tourneront au bio carburant de synthèse. Une dameuse électrique testée à La Plagne. Elle annonce également un partenariat avec l’Office national des forêts pour reboiser 50 hectares en Savoie, Haute-Savoie et dans les Hautes-Alpes.

De son côté, Domaines skiables de France, l’organisme qui regroupe la plupart des stations vient de créer « Génération montagne », un fonds dédié à l’environnement, au social et à la solidarité. Parmi les mesures concrètes annoncées, une aide au démontage des remontées mécaniques obsolètes.

Jacques Leleu  

PHOTO : Dans les stations, c’est la course aux idées vertes. Comme à La Plagne, qui testait cet hiver la première dameuse électrique.

N'hésitez pas à partager :

Laisser un commentaire

© 2022 AURAONE – Tous droits réservés. Réalisation du site par Pictiweb | Mentions Légales | Confidentialité

00:00
00:00
Empty Playlist